Les diagnostics locaux de santé

Les actions de promotion de la santé nécessitent de prendre en compte un maximum de déterminants du problème de santé considéré.Cela repose sur un diagnostic ou analyse de la situation à trois niveaux :

  • Analyse des besoins, le plus souvent objectivés par des outils épidémiologiques et par des enquêtes auprès de professionnels,
  • Analyse de la demande des habitants pour améliorer leur santé, au sens global du terme,
  • Analyse des ressources disponibles ou mobilisables sur le secteur considéré.

L’action idéale se situe dans la zone d’intersection entre ces trois champs.

Un diagnostic local de santé (DLS) s’inscrit dans une perspective de promotion de la santé et concerne de ce fait aussi bien les politiques de soins, de prévention, d’accompagnement médico-social, que l’ensemble des politiques publiques agissant sur les déterminants de la santé (logement, transports, environnement physique, cohésion sociale, etc.).

Ces DLS doivent permettre d’évaluer la situation spécifique d’un de ces territoires pour mettre en œuvre, avec le concours des élus et de l’ensemble des professionnels concernés, des actions permettant d’améliorer l’état de santé des habitants.

Le diagnostic local de santé (DLS) constitue un outil d’aide à la décision comprenant une analyse de situation (connaissance et compréhension des problématiques de santé sur le territoire) et une phase de concertation.

L’intérêt du diagnostic local de santé est de créer des temps d’échanges permettant aux trois types d’acteurs de réfléchir ensemble aux problèmes de santé prioritaires, aux déterminants de ces problèmes et aux ressources qui permettraient d’agir sur ces problèmes de santé.

Il vise à déboucher sur des recommandations opérationnelles concernant les problématiques de santé rencontrées dans un territoire donné  en vue d’améliorer la santé de la population.

Le diagnostic local de santé sur le Pays du Sundgau (2016)

Dans le cadre de la priorité régionale de réduction des inégalités territoriales de santé, les territoires vulnérables présentant des indicateurs de santé moins favorables que la moyenne régionale et volontaires pour s’engager aux côtés de l’Agence régionale de santé (ARS) dans des politiques d’amélioration de l’état de santé de leur population bénéficient de diagnostics locaux de santé (DLS) financés par l’ARS.

 

La zone géographique recouvrant le Pays du Sundgau a été identifiée, après d’autres territoires de la région Alsace, comme pouvant bénéficier d’un tel diagnostic.

Ce territoire recouvre sept communautés de communes (CC) : Secteur d’Illfurth, Porte d’Alsace, Altkirch, Vallée de Hundsbach, La Largue, Ill et Gersbach, Jura alsacien.

L’Observatoire régional de la santé d’Alsace (ORS Alsace) et l’Instance régionale d’éducation et de promotion de la santé en Alsace (Ireps Alsace) ont été mandatés par l’ARS pour réaliser ce DLS. La mission qui leur a été confiée était de réaliser ce diagnostic de façon à ce qu’il soit partagé avec l’ensemble des acteurs concernés, y compris les habitants.

 

 Téléchargez :

Le rapport du diagnostic local de santé du Pays du Sundgau.

Le diagnostic local de santé sur le quartier de la Cité de l’Ill (2013)

L’observation de l’état de santé de la population alsacienne montre des inégalités territoriales, tant en termes d’état de santé qu’en termes de ressources disponibles sur le territoire. A Strasbourg, les travaux menés dans le cadre du DDOC santé (Document diagnostic d’orientation communautaire) montrent que ces inégalités de santé sont tout particulièrement marquées au sein de la ville et particulièrement sur certains quartiers dont celui de la Cité de l’Ill.

La diminution des inégalités de santé est l’une des priorités de l’Agence régionale de santé Alsace, mais aussi du plan santé de la Communauté urbaine de Strasbourg.

Un diagnostic de santé sur le quartier de la Cité de l’Ill a ainsi été réalisé par l’Ireps Alsace (Instance Régionale d’Education et de Promotion de la santé)  et l’ORS Alsace (Observatoire régional de la Santé) afin de mieux appréhender les principaux problèmes de santé spécifiques à ce quartier ainsi que les déterminants de ces problèmes et d’envisager des pistes de solutions.

Ce DLS a notamment interrogé la pertinence de l’implantation éventuelle d’une maison urbaine de santé (MUS) pour répondre à certains des problèmes de santé repérés et de la cohérence de cette ressource avec les structures sanitaires et sociales locales.

Téléchargez :

Le diagnostic local de santé sur le quartier de Hautepierre (2013)

La Ville de Strasbourg poursuit une politique volontariste de soutien au développement de projets de Maisons urbaines de santé (MUS), dans les quartiers de la ville classés en Zones urbaines sensibles.

Elle se situe ainsi en cohérence avec les orientations de l’Agence nationale de cohésion sociale et de l’égalité des chances (Acsé), qui visent au renforcement de l’offre de soins de premiers recours dans les quartiers de la politique de la ville.

Le diagnostic local de santé (DLS) dans le quartier de Hautepierre, avait pour objectifs principaux l’analyse de l’offre de soins ambulatoires et hospitalière présente sur le quartier et le recueil des besoins de santé de la population dans la perspective de la création d’une Maison urbaine de santé (MUS).

Le diagnostic local de santé (DLS) sur la communauté de communes du Val d’Argent (2012)

La loi HPST prévoit que la mise en œuvre du Projet Régional de Santé (PRS) peut faire l’objet de contrats locaux de santé conclus entre l’Agence régionale de santé (ARS) et les collectivités territoriales (Article L1434-17 du CSP).

Ces contrats participent à la réduction des inégalités territoriales et sociales de santé et portent sur la promotion de la santé, la prévention, les politiques de soins, l’accompagnement médico-social mais également sur les déterminants de la santé (logement, transports, environnement physique, cohésion sociale, etc.). Ils concernent des territoires particulièrement vulnérables, volontaires pour un engagement contractuel.

Il s’agit d’un contrat engageant l’Agence Régionale de la Santé sur un période de 3 ans autour de thématiques d’action déterminées conjointement avec la collectivité territoriale considérée.

La collectivité n’ayant pas de compétence générale en santé, la contrepartie attendue de sa part est d’être le relais des politiques de santé dans l’ensemble des politiques publiques qu’elle met en œuvre sous sa responsabilité sur son territoire d’actions (sport, restauration collective, transports, logement…).

La communautés de communes du Val d’Argent a été identifiée, avec d’autres territoires de la région Alsace, comme un territoire prioritaire et a fait l’objet de la signature d’un contrat local de santé (CLS) avec l’Agence régionale de santé. Le contrat local de santé suppose ainsi la réalisation préalable d’un diagnostic local de santé (DLS), partagé entre les acteurs concernés.

L’Instance régional d’éducation et de promotion de la santé en Alsace (Ireps Alsace) et l’Observatoire régional de la santé d’Alsace (ORS Alsace) ont été mandatés par l’ARS pour réaliser ce DLS.

 Téléchargez :

Le diagnostic local de santé (DLS) sur la communauté de communes de la Vallée de la Bruche (2012)

La loi HPST prévoit que la mise en œuvre du Projet Régional de Santé (PRS) peut faire l’objet de contrats locaux de santé conclus entre l’Agence régionale de santé (ARS) et les collectivités territoriales (Article L1434-17 du CSP).

Ces contrats participent à la réduction des inégalités territoriales et sociales de santé et portent sur la promotion de la santé, la prévention, les politiques de soins, l’accompagnement médico-social mais également sur les déterminants de la santé (logement, transports, environnement physique, cohésion sociale, etc.). Ils concernent des territoires particulièrement vulnérables, volontaires pour un engagement contractuel.

Il s’agit d’un contrat engageant l’Agence Régionale de la Santé sur un période de 3 ans autour de thématiques d’action déterminées conjointement avec la collectivité territoriale considérée.

La collectivité n’ayant pas de compétence générale en santé, la contrepartie attendue de sa part est d’être le relais des politiques de santé dans l’ensemble des politiques publiques qu’elle met en œuvre sous sa responsabilité sur son territoire d’actions (sport, restauration collective, transports, logement…).

La communautés de communes de la Vallée de la Bruche a été identifiée, avec d’autres territoires de la région Alsace, comme un territoire prioritaire et a fait l’objet de la signature d’un contrat local de santé (CLS) avec l’Agence régionale de santé. Le contrat local de santé suppose ainsi la réalisation préalable d’un diagnostic local de santé (DLS), partagé entre les acteurs concernés.

L’Instance régional d’éducation et de promotion de la santé en Alsace (Ireps Alsace) et l’Observatoire régional de la santé d’Alsace (ORS Alsace) ont été mandatés par l’ARS pour réaliser ce DLS.

  Téléchargez :